Partager

Vous aurez besoin de ces compétences sur le lieu de travail dans le futur (proche).

Vous aurez besoin de ces compétences sur le lieu de travail dans le futur (proche).

« Les nouvelles compétences doivent être clairement définies pour pouvoir être enseignées correctement par la suite. »

Il est clair que les technologies numériques et les applications d'intelligence artificielle (IA) ont un impact majeur sur nos vies professionnelles. La crise sanitaire a également accéléré cette évolution. Les compétences nécessaires sur le lieu de travail dans un avenir proche seront donc différentes de celles d'aujourd'hui. Des fonctions totalement nouvelles font même leur apparition. La seule chose qu'il nous reste à déterminer est la suivante : quelles sont les compétences spécifiques nécessaires, et comment allons-nous former les collaborateurs à ces compétences ? Ce n'est pas une tâche facile.

L'institut de recherche McKinsey s'est posé les mêmes questions. Il a dès lors enquêté dans 15 pays, entre autres, sur les emplois qui seront perdus et sur les nouveaux emplois que nous devons créer. D'une part, les chercheurs ont tenté de déterminer le type de compétences de haut niveau et de compétences émotionnelles et sociales qui gagneront en importance. D'autre part, ils ont constaté une diminution des besoins en matière de compétences physiques et de compétences cognitives « de base ».

Le principal objectif de l'étude était de définir très clairement les compétences de l'avenir, afin que les gouvernements, les établissements d'enseignement et les formateurs puissent s'employer à mettre en correspondance les nouveaux travailleurs comme les collaborateurs expérimentés aux emplois de demain.

Effets immédiats sur le marché de l'emploi

Au final, le McKinsey Global Institute a pu identifier 56 « DELTA » qui profiteront aux employés. Chaque DELTA correspond à une combinaison de compétences et d'attitudes, de sorte que les termes « aptitude » ou « compétence » seraient trop restrictifs. Il s'avère que les personnes qui maîtrisent déjà ces DELTA ont plus de chances de trouver un emploi, d'obtenir un meilleur salaire et d'avoir plus de satisfaction au travail.

- L'emploi est fortement lié à la maîtrise des DELTA relatifs au self-leadership, tels que l'adaptabilité, la capacité de faire face à l'incertitude, et l'interprétation des messages et des tâches.

- Les revenus plus élevés sont davantage associés aux quatre catégories de compétences les moins développées parmi les participants à l'étude. Il s'agissait notamment de la capacité d'élaborer des plannings et méthodes de travail, d'utiliser et de développer des logiciels, de comprendre les systèmes numériques et la communication. De nos jours, les compétences numériques, surtout, ont une incidence considérable sur les revenus.

- La satisfaction au travail dépend, comme l'obtention d'un emploi, de certains aspects du self-leadership. Les compétences des travailleurs en matière d'automotivation, de confiance en soi et de gestion de l'incertitude, notamment, influencent la satisfaction au travail.

Contribution indispensable à l'éducation et à la formation

Contribution indispensable à l'éducation et à la formation

L'étude McKinsey montre clairement que certaines compétences qui seront plus que jamais déterminantes de notre vie professionnelle à l'avenir ne sont pas toutes incluses dans les plans de formation traditionnels d'aujourd'hui. Il y a donc encore du pain sur la planche pour armer les jeunes et les moins jeunes contre les défis d'un marché du travail en rapide évolution.

D'une part, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour convertir les conclusions relatives aux compétences qui gagnent en importance en méthodes permettant d'enseigner efficacement ces compétences. D'autre part, il ne sera pas facile d'intégrer ces compétences dans les systèmes de formation existants, tant pour les jeunes étudiants que pour les adultes désireux d'étendre leurs compétences (upskilling). L'étude McKinsey a notamment révélé que les personnes ayant un niveau d'études élevé obtiennent des résultats plus faibles en matière de self-leadership et de compétences interpersonnelles. La conclusion est que les « soft skills » (compétences non techniques) méritent une plus grande attention dans les programmes d'études de nos établissements d'enseignement.

Encore de belles perspectives en vue

Aujourd'hui, nous avons déjà recours à des méthodes avancées pour identifier les besoins de formation spécifiques et proposer ensuite une formation et un accompagnement personnalisés. À l'avenir, cependant, les scientifiques inventeront des systèmes (d'IA) qui indiqueront clairement à chaque individu les compétences à acquérir ou à affiner pour trouver la bonne formation ou le bon emploi et réussir au travail et dans la vie.

Certes, il est recommandé de rendre possible et accessible à tous l'apprentissage tout au long de la vie. Parce qu'en développant vos connaissances, vos compétences et vos aptitudes, vous vous préparez pour l'avenir.