Partager

L’upskilling : terme à la mode ou mot magique en RH ?

L’upskilling : terme à la mode ou mot magique en RH ?

La réponse imparable à la numérisation et à la « guerre des talents »

« Cuddle Contact » : le Mot de l’Année en 2020. Si l’élection du « mot RH » de l’année existait, « upskilling » ferait figure de candidat idéal. L’essor de ce terme cadre parfaitement avec l’évolution phase rapide de notre monde. La numérisation observée ces dernières années illustre clairement la vitesse à laquelle les processus de travail évoluent. Et plus important encore : la vitesse à laquelle vos collaborateurs vont prendre du retard s’ils ne se font pas à ces changements. Les programmes d’upskilling vous permettent de les amener à acquérir de nouvelles compétences pour combler la fracture numérique. De quoi s’agit-il fondamentalement ? Il s’agit d’inciter les gens à adopter un état d’esprit empreint de flexibilité continue.

Les organisations qui investissent dans une bonne stratégie de formation sont mieux armées pour faire face à la pénurie sur le marché du travail. Pour les « digital natives », l’upskilling s’avère être un puissant incitant à rester chez le même employeur. Du reste, les candidats attachent une très grande importance aux possibilités de formation disponibles lorsqu’ils choisissent un nouvel employeur.

De l’upskilling à l’avantage concurrentiel

En identifiant régulièrement les lacunes actuelles et futures en matière de compétences dans votre organisation et en en discutant avec vos collaborateurs, vous faire de l’upskilling une composante de votre culture d’entreprise. Cela élargit à son tour l’assise de l’apprentissage de nouvelles compétences et de la formation continue. Si vos collaborateurs ont facilement accès à des possibilités de formation, ils se sentent soutenus et y ont plus souvent recours. Prévoyez en outre du temps à cet effet pendant les heures de travail. Non, ces heures ne sont pas perdues : vous les récupérez en double, sous la forme d’une productivité accrue sur le lieu de travail et d’une confiance renforcée dans la relation de travail.

Toutefois, la raison ultime de miser sur l’upskilling réside dans votre avantage concurrentiel. Des collaborateurs flexibles représentent pour vous une énorme plus-value et sont la garantie de la pérennité de votre entreprise. Ne vous attendez pas à obtenir des résultats immédiats d’un programme d’upskilling. L’acquisition de nouvelles compétences prend en effet du temps. Mais les avantages que vous en tirerez valent largement la peine d’être patient.

L’upskilling : une dynamique bidirectionnelle

Les collaborateurs doivent, eux aussi, faire de l’amélioration des compétences une priorité personnelle de tous les instants. Contrairement à ce que l’on pense parfois, la numérisation et l’essor de l’intelligence artificielle (IA) ne provoquent pas de pertes d’emplois. La vague de numérisation crée, justement, de nouveaux emplois. Mais ces nouveaux emplois ne sont accessibles qu’aux travailleurs possédant les compétences requises. Toute personne qui souhaite préserver sa valeur sur le marché du travail a donc tout intérêt à acquérir constamment de nouvelles compétences.

Micro upskilling, social upskilling, virtual & blended upskilling

L’amélioration des compétences doit donc venir des deux côtés : tant les employeurs que les collaborateurs contribuent à son succès. Mais comment initier les collaborateurs à de nouvelles compétences ? Il y a différentes façons de procéder. Et cela ne doit pas nécessairement coûter beaucoup de temps ou d’argent. Quelques possibilités pour permettre une démarche d’upskilling sur mesure pour chaque collaborateur :

· Micro-learning

Dans le micro-apprentissage (micro-learning), la matière est subdivisée en petites tranches. Le collaborateur acquiert une nouvelle compétence au moyen d’un bref tutoriel vidéo (une personne qui explique quelque chose, une animation, une infographie interactive, etc.). Ce type d’upskilling particulièrement indiqué, par exemple, pour apprendre à utiliser une nouvelle fonctionnalité d’un pack logiciel connu. Vous pouvez également familiariser vos nouveaux collaborateurs avec la structure et les processus de travail de votre organisation en quelques minutes à l’aide d’une vidéo.

· Social learning

Vous devez absolument veiller à ne pas perdre de vue le capital humain existant au sein de votre organisation. Vos collaborateurs possèdent en effet tous beaucoup de connaissances et de compétences qu’ils peuvent partager avec leurs collègues. Pour faciliter le partage des connaissances, vous pouvez mettre en place des programmes de tutorat (formation des collègues), appliquer le shadowing (suivi de collègues dans certaines tâches) ou organiser des moments d’apprentissage informels lors desquels les collègues exposent un sujet déterminé dans un environnement sûr.

· Virtual learning

Une matière à apprendre claire n’a d’impact positif que si elle est également facile à consulter. D’une part, le collaborateur peut ainsi (au besoin) toujours insérer un bref moment de remémoration. D’autre part, il est préférable de mettre en application les nouvelles connaissances dès que possible. Un collaborateur doit donc pouvoir consulter son tutoriel ou son manuel immédiatement lorsqu’il a besoin d’une connaissance spécifique. On obtient ainsi de bien meilleurs résultats d’apprentissage qu’avec une formation exhaustive à un moment donné. Une plate-forme de formation virtuelle offre une solution à cet égard.

· Blended learning

La page blended learning vous permet d’alterner les moments d’apprentissage collectif traditionnel avec d’autres formes d’apprentissage. Les deux formes d’apprentissage alternatives les plus courantes sont l’apprentissage numérique et le coaching. Même si les méthodes d’upskilling précitées gagnent en popularité, les formations organisées restent importantes pour des formations génératrices d’impact. En outre, les possibilités de subvention existantes rendent souvent cette option particulièrement intéressante.

Rien d’une tendance éphémère, mais bien le mot-clé du futur

L’éventail couvert par la notion « d’upskilling » est donc large. Mais (et cela s’applique à chacune des méthodes d’apprentissage précitées) vous devez offrir à vos collaborateurs la possibilité de mettre en pratique ce qu’ils ont appris. Ce n’est qu’ainsi que l’upskilling produira naturellement des effets utiles. Par ailleurs, en demandant un feed-back concernant les formations, vous obtenez vous-même des informations précieuses et permettez à vos collaborateurs de sentir à quel point ils sont précieux au sein de votre équipe.

En tant qu’employeur comme en tant qu’employé, il est important d’avoir conscience que l’upskilling n’est pas seulement une tendance, mais bien une condition d’aptitude à faire face à l’avenir. Vous rencontrez des résistances à l’apprentissage au sein de votre organisation ? Vous les infléchirez en amenant les collaborateurs à réfléchir à la question de l’upskilling en fonction de leurs propres intérêts. Précisez également les objectifs d’apprentissage et faites connaître les conséquences positives pour l’avenir. En d’autres termes, mettez en évidence la situation gagnant-gagnant pour les collaborateurs, d’une part, et l’organisation, d’autre part.