Partager

Le leadership connecté à l’ère du numérique

Le leadership connecté à l’ère du numérique

Les coachs de carrière Tine Doms et Olaf Raemaekers donnent quelques conseils

« It is not the strongest of the species that survives, nor the most intelligent, but the one most responsive to change », écrivait Charles Darwin en 1809. Et il n’avait pas tort. Parce que nous passons d’un confinement à l’autre, notre ‘ABC’ est en danger, c.-à-d. notre sens de l’Autonomie (Autonomy), de l’Appartenance (Belongingness) et de la Compétence (Competence). Trois besoins psychologiques fondamentaux que nous devons satisfaire pour réussir à changer durablement notre comportement. Et c'est là que le leadership connecté peut faire toute la différence.

L’ABC est pour l’être humain en tant qu'être social, le terreau d'une motivation qualitative ou autonome. Tine Doms et Olaf Raemaekers, tous deux coachs de carrière chez Itzu Career, nous en parlent. Nous les consultons à propos des effets du travail à domicile sur notre équilibre travail-vie personnelle et de la manière dont vous, en tant que leader responsable, pouvez y contribuer de manière positive.

Le travail à domicile est-il bon ou mauvais pour l'équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée ?

« Ici, nous voyons de grandes différences entre les personnes », nous explique Tine Doms. « L’une vit le travail à domicile comme une chose positive, tandis que l'autre a hâte de reprendre une vie professionnelle normale au bureau. Les études de Partena montrent néanmoins que les travailleurs à domicile se sentent plus stressés qu'avant.  Ceux-ci, par rapport aux personnes qui peuvent ou doivent encore travailler au bureau, effectuent souvent des journées de travail plus longues. De plus, les travailleurs à domicile ont également beaucoup moins de contacts sociaux et vivent moins de moments non liés au travail au cours de leur journée. De ce fait, leurs journées évoluent assez rapidement dans une zone grise. »

« Il est également important de définir ce que nous entendons réellement par équilibre vie professionnelle-vie privée », ajoute Olaf Raemaekers. « Il s'agit de l'équilibre adéquat qu'il faut trouver entre sa vie personnelle et sa vie professionnelle, en tenant compte de tous les besoins et exigences de la vie de famille. Il ne faut donc pas sous-estimer le bon équilibre vie professionnelle-vie privée. Il évite le stress, assure une plus grande productivité et contribue véritablement à la joie de vivre. En tant qu'êtres humains, nous essayons souvent de séparer le travail et la vie privée pour nous protéger. Cependant, cette séparation est de moins en moins réaliste, car la nouvelle normalité veut que nous travaillions davantage à domicile. En d’autres termes, depuis notre environnement privé. »

Est-il dès lors encore utile de parler d’équilibre vie professionnelle-vie privée ?

« Aujourd'hui, nous parlons effectivement plus d’intégration travail-vie privée », poursuit Tine Doms. « Aussi bien les employés que les responsables peuvent optimiser cette intégration. En tant qu'employé, par exemple, vous essayez de vous aménager une pièce séparée pour travailler, où les distractions sont limitées. Vous tentez de vous en tenir autant que possible aux heures de travail et vous planifiez également les moments de détente nécessaires. L’adoption d’un rituel avant et après les heures de travail peut remplacer le trajet en voiture ou en train. Cela vous donne le temps de vous concentrer avant le travail et de vous déconnecter après votre journée. »

« Les télétravailleurs ont en effet tendance à travailler plus longtemps que lorsqu'ils sont au bureau », explique Olaf Raemaekers. « Et ce, principalement par crainte de ne pas en faire assez. Les employés ne veulent pas donner l'impression qu'ils 'profitent' d’une diminution du contrôle de leur travail ».  

Quel rôle un leader responsable peut-il jouer à cet égard ?

« En tant que responsable, vous souhaitez maintenir le niveau de performance de vos employés, sans forcément augmenter la charge et les heures de travail », poursuit Tine Doms. « Vous y parviendrez en combinant plusieurs actions. Avant tout, il est important que vous sachiez toujours où en est votre équipe, à la fois collectivement et au niveau de chacun de ses membres individuellement. Les entretiens individuels sont un excellent moyen d'y parvenir. Dans une période d'incertitude comme celle-ci, nous devons tenir compte du bien-être personnel de chacun. Vos collaborateurs doivent donc sentir que leur responsable se soucie d'eux et qu'ils peuvent s’adresser à vous. »

Vos collaborateurs ont également le regard tourné vers vous en ce qui concerne les objectifs de votre organisation », déclare Olaf Raemaekers. Ont-ils changé ? Quelles sont les priorités ? Qu'attend-on de chacun individuellement ?  Ce n'est que lorsque vous communiquez clairement vos nouveaux objectifs que vous pouvez tâter le pouls de vos collaborateurs. Par ailleurs, il est important que vous soyez très réceptif aux commentaires de vos collaborateurs. La situation dans laquelle nous nous trouvons est en constante évolution. En tant que responsable, vous avez dès lors également toujours beaucoup à apprendre. Une communication dans les deux sens peut vous offrir de nouvelles perspectives et des informations précieuses. »

Pourquoi la manière traditionnelle de diriger ne fonctionne-t-elle plus ?

 « L'époque du Command & Control est révolue », répond Tine Doms. « En tant que leader, vous devez oser adopter une position vulnérable. Vous aussi, vous êtes un être humain avec ses points à développer et ses valeurs émotionnelles. Il n'y a aucune raison de laisser la peur ou un sentiment de pouvoir guider votre style de leadership. Un bon leader écoute les autres, mais s'écoute aussi lui-même. Il en découle automatiquement l’indispensable connexion avec votre équipe, à la fois collectivement et individuellement. »

« Les personnes qui se sentent bien et qui sont reconnues sont également plus fidèles et plus performantes », explique Tine. « Vous pouvez travailler sur ce point en organisant des moments d'intervision. Comment vos collaborateurs peuvent-ils apprendre les uns des autres ? Comment susciter une manière agréable de fonctionner à l'ère virtuelle ? Cela vaut la peine d’y penser un instant et de promouvoir ainsi un niveau plus élevé d’énergie et de motivation. »

8 conseils de Tine et Olaf pour montrer « plus de cœur » en tant que leader responsable

1. Support : faites savoir à vos collaborateurs que vous êtes à leur disposition.

2. Liberté et confiance : autorisez vos collaborateurs à faire parfois l’école buissonnière.

3. Autonomie : laissez également vos collaborateurs travailler de manière autonome, soyez ouvert à leurs idées et suggestions.

4. Appréciation : augmentez leur motivation en exprimant votre gratitude.

5. Transparence : assurez une communication transparente afin que votre équipe sache ce que vous attendez d'elle.

6. Expérience : célébrez les succès avec un e-péritif, un petit cadeau (ex. : chocolats, pizza...) etc.

7. Structure : aidez vos collaborateurs à créer un poste de travail structuré, un horaire de travail...

8. Prendre soin de soi : veillez à avoir suffisamment d’activités qui vous donnent de l’énergie, car en tant que leader responsable, vous devez toujours être là pour votre équipe.

En tant que leader responsable, vous recherchez des conseils sur mesure pour vous aider à assurer un leadership connecté ? Contactez nos coachs.